Grésin

> Environnement

Le samedi 23 mars, 

la commission environnement a proposé une matinée nettoyage et entretien des chemins communaux de Grésin.

Cette démarche citoyenne contribue à la valorisation du patrimoine touristique communal. 

Tronçonneuses, élagueuses et outils tranchants ont été d'un grand secours. 

A la fin des travaux, le verre de l'amitié a été offert.

    

  

 

Bruits de voisinage

L’arrêté préfectoral du 9 janvier 1997 réglemente les bruits de voisinage dans le Département de la Savoie. L’article 9 de cet arrêté précise :
« les occupants et utilisateurs de locaux privés, d’immeubles d’habitation, de leurs dépendances et de leurs abords doivent prendre toutes précautions pour éviter que le voisinage ne soit gêné par les bruits répétés intempestifs émanant de leurs activités, des appareils ou machines qu’ils utilisent ou par les travaux qu’ils effectuent.
A cet effet, les travaux de bricolage, à l’aide d’outils tels que perceuses, raboteuses, scies mécaniques, et de jardinage utilisant des appareils à moteur thermique tels que tondeuses à gazon ou tronçonneuses, ne sont autorisés qu’à des horaires déterminés. Ces horaires sont les suivants :
-    Les jours ouvrables :                    de 8h30 à 12h00 et de 14h00 à 19h30
-    Les samedis :                                 de 9h00 à 12h00 et de 15h00 à 19h00
-    Les dimanches et jours fériés :   de 10h00 à 12h00.

 

Feu de jardin

Un particulier n'a pas le droit de brûler ses déchets ménagers à l'air libre.

Les déchets dits "verts" produits par les particuliers sont considérés comme des déchets ménagers.

Ainsi, il est notamment interdit de brûler dans son jardin :

- l'herbe issue de la tonte de pelouse,
- les feuilles mortes,
- les résidus d'élagage,
- les résidus de taille de haies et arbustes,
- les résidus de débroussaillage
- les épluchures.

Les déchets verts doivent être déposés en déchetterie. Vous pouvez également en faire un compost individuel.

http://www.savoie.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-risques-naturels-et-technologiques/Environnement/Qualite-de-l-air/Brulage-des-dechets-verts/Reglementation-du-brulage-a-l-air-libre-des-dechets-vegetaux

 

Arrêté préfectoral du 22 février 2017

 

 

Quelques éléments caractéristiques

Le Truison

          Un ruisseau d'une grande richesse

 

Affluent direct de rive gauche du Rhône, le Truison prend sa source à 410 mètres d'altitude sur la commune voisine de Rochefort.

Sa vallée orientée sud-est -nord-ouest se creuse dans les placages d'anciennes moraines glaciaires et dans des bancs de molasses. Avec une longueur totale de 8,6 km et une largeur moyenne de 2 mètres, le Truison draine un bassin versant de 19 km² variant de 854 m point culminant du Mont Chaffaron à210 m point de confluence avec le Rhône.

Son débit de crue en période de fortes pluies peut atteindre 9 m³/seconde.

Sa richesse est liée à son peuplement de truites ( près de 217kg par hectares en amont des usines) mais aussi à la présence d'une espèce fragile et protégée au niveau européen : l' écrevisse à pied blanc (voir plus bas).

L 'entretien hydraulique du cours d'eau est effectué par la Communauté de Communes Val Guiers tandis que la gestion piscicole est assurée par la société de pêche privée " La truite de Mandrin".

 

Marais du Truison

         La vallée du Truison

 

"      Grésin et Saint-Genix-sur-Guiers

 

Les deux tiers supérieurs de cette vallée font partie de l’atlas de répartition de l’écrevisse à pieds blancs. Ce même secteur est partiellement couvert par la ZNIEFF( Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique) n°73000015 et contient la zone humide inventoriée “Complexe de Côte Envers”.

Cette vallée, creusée dans un substrat essentiellement composé de molasse, se caractérise par la présence sur ses pentes de nombreuses sources.

Chargées en carbonate de calcium, celui-ci précipite pour former des concrétions calcaires appelées tuf, sur lesquelles se forment un type de marais très particulier. Pauvres en éléments nutritifs, ces marais sont le lieu de vie de plantes spécifiques à ces milieux et parfois rares,

comme le rossolis à feuilles longues , la fougère des marais (plus d’info),etc.

 

 Présentant des conditions d’accès difficiles (sol peu stable, pente), la gestion de ces marais s’avère délicate.

 Au fond de la vallée, le Truison, affluent du Rhône qui prend sa source sous le col de la Crusille,

 est colonisé sur les deux tiers de son cours par l’écrevisse à pieds blancs. (plus d'info)

 La limite aval de cette population, la plus étendue de tout l’Avant-pays savoyard, se situe au niveau des usines  de Grésin. Les rejets de ces usines constituent probablement un obstacle à l’extension de l’espèce, dont la  pérennité nécessite qu’une gestion patrimoniale soit faite sur l’ensemble du cours d’eau (gestion piscicole,  qualité de l’eau, qualité des boisements riverains, etc.).       "

 

 

 

         Les versants méridionaux de la chaîne du Mont Tournier

"        Champagneux et Grésin

 

Ce site est couvert par la ZNIEFF n°73000038 "Pelouses sèches de Grésin", une partie de la ZNIEFFn°73010002 "Chaîne du mont Tournier" et du site Natura 2000 S01 "Réseau de zones humides, pelouses, landes et falaises de l'Avant-pays savoyard".

Dominés par le plateau de Saint Maurice de Rotherens, ces versants se composent de boisements, de falaises et plus au sud sur la commune de Grésin, d'une mosaïque de milieux chauds et secs plus ou moins en déprise agricole. Dans ces milieux se côtoient des dalles à végétation rase où la roche-mère affleure, des pelouses à orchidées, des landes, des forêts sur éboulis à érable, tilleul et frêne, etc. Couvrant plusieurs dizaines d'hectares, cet ensemble de milieux forme l'un des plus vastes de ce type dans l'Avant-pays savoyard et donc l'un des plus remarquables. Menacés par l'embroussaillement et de plus en plus "mités" par l'urbanisation, les derniers milieux ouverts de cet ensemble mériteraient de faire l'objet d'un plan de restauration et de mise en valeur de ce site sont, quant à elles, fréquentées par le martinet alpin, le faucon pélerin et le hibou grand-duc.

 

                

 

La découverte assez récente de ce dernier (2 couples), montre tout le bénéfice de la protection d'une espèce autrefois pourchassée, qui dans un mouvement de reconquête, se met à occuper chaque territoire favorable. Le secteur, par ses composantes naturelles (rochers, pelouses, bocages), offre également des conditions de vie recherchées par le petit rhinolophe et l'engoulevent.

 

Ces informations proviennent du Mémento du patrimoine naturel du Territoire de l’Avant-pays savoyard (mai 2009) réalisé par le Conservatoire du patrimoine naturel de la Savoie et le Syndicat mixte de l’Avant-pays savoyard.

Pour voir la totalité du Mémento

 

Envie de découverte de ce joli territoire ?  Envie de connaître, comprendre, ressentir un aspect de notre paysage ?

N'hésitez pas à contacter Sébastien Durlin, habitant de Grésin et animateur nature, passionné par notre territoire. Il peut créer tout un panel d'animations sur mesure pour groupes et individuels.

Pour plus d'informations, vous pouvez visiter son site: S.É.V.E

 

 

 

• LA LOI RELATIVE À LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE POUR LA CROISSANCE VERTE prévoit qu'au 1er janvier 2017  les institutions publiques ne pourront plus utiliser de produits phytosanitaires dans les espaces verts, forêts  et  promenades ouverts au public.

 • Elle interdit aussi l’utilisation  de produits phytosanitaires  par les particuliers, à partir de 2019. Les produits de biocontrôle, qualifiés à faible risque ou dont l'usage est autorisé dans le cadre de l'agriculture biologique peuvent être utilisés.

Vous aussi, grâce à des gestes simples et de bon sens, vous pouvez vous passer de pesticides dans votre jardin.

Vous pouvez  ainsi retrouver tous les conseils pour jardiner plus nature sur le site de référence  www.jardiner-autrement.fr

et télécharger le  Guide pour jardiner plus nature (PDF)/data/cms/files/14072-SR-2_Jardiner_nature(1).pdf